De Barbès à Cambridge..

De Barbès à Cambridge..

L’idée était de confronter ces jeunes de Barbès directement à l’Anglais, dans le cadre d’un voyage culturel et pédagogique qui n’a rien d’un séjour linguistique (nous n’en avons ni la prétention ni les compétences). Nous sommes animés par la volonté de sensibiliser et de motiver nos collégiens à l’apprentissage des langues étrangères. En favorisant la rencontre d’autres jeunes Européens, nous marquons également notre volonté d’organiser un voyage citoyen pour ces jeunes Parisiens. De plus, ce projet de séjour culturel avec un programme d’une richesse exceptionnelle repose sur les liens entre ces jeunes et l’association, tend à développer le sens du collectif et des règles inhérentes à la vie en collectivité et vise à faire évoluer les comportements.

– Permettre de changer de cadre de vie, de ville, de pays et ainsi partager le goût du voyage, la curiosité et l’envie de la découverte ;

– Proposer des activités culturelles, des visites enrichissantes pour répondre au déficit socioculturel des jeunes, s’inscrire dans la continuité du travail scolaire ;

– Encourager l’apprentissage aux langues étrangères, l’initiative et la responsabilisation.

Déroulement du séjour :

Samedi 28 octobre : départ de gare du Nord à 7h43. Arrivée à Waterloo Station et transfert en métro à l’auberge de jeunesse Baden-Powell House à South Kensington au cœur de Londres pour poser les bagages puis visite de ce quartier chic, ancien quartier français. Dès ces premiers instants, c’est un émerveillement pour le groupe : « J’ai du mal à croire que je suis à Londres, je pensais que c’était autrement. C’est très touristique, je vois que des jolies voitures, les Anglais sont différents. La ville est belle. » (Oussama) « C’est magnifique… j’oublierai pas la propreté » (Mohamed B) « J’ai découvert plein de trucs, les voitures roulent à gauche… » (Badie). Après un pique-nique dans Kensington Gardens, nous visitons en petits groupes le Victoria & Albert Museum, le plus grand musée des arts décoratifs du monde à deux pas de notre hôtel. Nous y voyons entre autres les départements asiatiques et l’art de l’Islam. Des artistes indiennes montrent leur technique et certains jeunes participent à un atelier dessin autour de Léonard de Vinci. A l’hôtel, nous recevons un accueil chaleureux (le manager Marc est Français), certains jeunes participent à la décoration du hall pour Halloween. Nous dînons dans un Fish & Chips, première spécialité anglaise du séjour. La soirée est consacrée à noter les premières impressions sur le carnet de voyage. Puis nous bénéficions d’une longue nuit de sommeil en gagnant deux heures : grâce au décalage horaire et au passage à l’heure d’hiver.

Dimanche 29 octobre : pour cette deuxième journée, nous partons à la découverte de Londres et de ses nombreux quartiers en trois groupes : quatre jeunes et un adulte par groupe. Chacun muni d’un plan de Londres et d’un travelcard pour parcourir la ville dans ces fameux bus rouges à deux étages, les groupes choisissent des directions différentes pour découvrir Notting Hill, Chelsea, Soho ou South Bank. Pour le pique-nique, chaque groupe dispose de 20 £. Chacun doit trouver des repères pour circuler dans cette ville inconnue. De l’importance de savoir lire le plan d’une ville… Et chacun est confronté à son niveau d’anglais. Retour à l’hôtel à 15h pour reprendre les bagages et se rendre en métro à la gare de Liverpool Street. Nous prenons le train à 16h58, et arrivons à Cambridge à 18h18, accueillis par Francine qui dirige l’Alliance Française de Cambridge et Isabelle, l’un de ses professeurs de Français. Nous rejoignons l’auberge de jeunesse YHA à deux pas de la gare et à dix minutes du centre ville. Le dîner nous est offert par Danielle, une australienne résidente à Cambridge, qui a participé à l’organisation du séjour en contactant les auberges et en réservant nos nuitées. Au menu : pommes de terre chaudes avec beurre et Cheddar, autre spécialité britannique. La veillée est consacrée à la présentation du système monarchique anglais et à l’histoire de Lady Diana…

Lundi 30 octobre : nous retrouvons Francine devant le Picture House, l’un des deux cinémas de Cambridge, pour une projection organisée par le collège de Parkside du nouveau film de Stephan Frears The Queen qui relate les événements à la suite de la mort brutale de Diana en 1997. « Ze film The Queen m’a plu, ça m’a permis de mieux comprendre qui est la reine d’Angleterre » (Madia) « J’ai adoré le film The Queen parce qu’il était en anglais et j’ai appris quel était le rôle de la reine » (Anna-Fatou) « J’ai bien aimé le film (The Queen) parce que ça raconte ce qui s’est passé après la mort de Diana en Angleterre » (Sofian). Ensuite, nous allons au collège de Parkside, face à un grand parc. Après avoir signé le livre d’or, nous visitons cette école publique de Cambridge bien différente de nos collèges. Nous y voyons les photos des spectacles et manifestations organisés par les élèves au profit d’organisations de charité, nous voyons une classe de Français et nous croisons des collégiens en uniforme. « Au collège, toutes les religions sont acceptées. Il n’y a pas de tags sur les tables des classes » (Oumou) « Le collège est beau, a une différente architecture qu’à Paris. Il est spacieux, les élèves respectent le matériel » (Sabrina) « J’ai bien aimé la visite du collège parce que les Anglais ont été très sympas et qu’on a parlé avec des filles… j’ai trouvé très beau le collège de Cambridge, j’ai bien aimé les uniformes des gars, les tableaux informatiques… » (Sofian) « Très bonne ambiance dans le collège » (Saïef) « J’ai aimé le collège car on a été bien accueillis par les profs » (Mohamed A) Le collège de Parkside nous a invité à déjeuner dans leur cafétéria. C’est un self-service. Beaucoup de collégiens viennent avec leur propre sandwich et ils mangent souvent en moins de 20 minutes. De premiers échanges ont pu avoir lieu tout naturellement malgré le problème de la langue. L’après-midi, Francine nous présente Cambridge où elle vit et travaille depuis longtemps et nous explique ce qu’est l’Alliance Française. « On a eu de la chance d’être accueillis par Francine car c’est une dame formidable et très gentille » (Sofian) « Francine a été très gentille, je l’ai beaucoup appréciée » (Batama) Certains vont au supermarché afin de préparer le dîner dans la grande cuisine de l’auberge. Au menu, soupe de poulet, raviolis sauce tomate, fromage et salade d’épinards et yaourt. Enfin, la veillée s’est faite avec le jeu de rôle des Loups-garous, notre jeu préféré.

Mardi 31 octobre : Francine nous fait visiter la ville de Cambridge, fameuse pour ses 30 universités que les Anglais appellent Colleges. Elles sont toutes très anciennes, ont de grandes cours dont les pelouses ne sont autorisées qu’aux professeurs et aux canards ! Saint-John’s College, Trinity College, Kings College…« La ville de Cambridge est une des plus grandes villes universitaires du monde » (Mohamed B) Notre autre étonnement vient du moyen de transport principal à Cambridge : le vélo. « Il y avait beaucoup de vélos dans les rues » (Batama) « Les habitants de Cambridge se déplacent le plus souvent en vélo » (Oumou) « Il y a plus de 50% des gens qui font du vélo au lieu de conduire une voiture, c’est mieux » (Sabrina) Toujours sous un temps ensoleillé, la visite du cœur de Cambridge se poursuit au pont construit par Isaac Newton sur la rivière Cam qui donne son nom à la ville, puis au plus vieux cimetière de Cambridge. Ensuite, nous retournons au collège de Parkside découvrir le centre de soutien scolaire. The learning centre permet aux élèves en difficultés et aux bons élèves de travailler seuls, avec des professeurs ou à l’aide d’ordinateurs, d’évaluer son niveau dans chaque matière grâce à un logiciel. La finalité est l’autonomie de l’élève. Les élèves sont responsabilisés de leur présence en classe. Les absences ne sont pas pénalisées mais on prévient des conséquences. La plupart des cours durent 50 minutes. Après la pause déjeuner à la cafétéria, nous avons notre première rencontre sportive avec un match de football organisé sur la belle pelouse du parc face au collège. Les élèves quittent l’école entre 15h et 15h30. Avec l’heure d’hiver, il fait nuit vers 16h30. En cette veille de la Toussaint qui n’est pas un jour férié en Angleterre, nous assistons à la préparation de la fête d’Halloween, avec de nombreuses citrouilles illuminées par des bougies posées à l’entrée des maisons. Enfants déguisés en monstres ou en sorcières demandent de porte en porte des bonbons. Après cette journée intense, nous préparons le dîner et organisons une nouvelle veillée Loup-garou dans l’auberge.

Mercredi 1er novembre : Johd Dhesi, le chef du département des langues du collège de Parkside nous propose un programme pour la journée. Tout d’abord, dans une des salles informatiques, nous nous familiarisons avec un site Internet pour travailler les langues étrangères sous forme de jeux. Nous pouvons tous améliorer notre niveau d’anglais. Après une pause de 20 minutes, séance de sports avec au choix trampoline ou football… « J’ai aimé faire du trampoline avec les autres jeunes, mais ce qui m’a impressionnée, c’est que même si on tombe on ne se moque pas de nous tandis que dans notre collège on se moque vraiment » (Maroua) Par petits groupes, nous sommes invités à participer à des cours de français pour de la conversation. Des élèves de 8ème (équivalent de notre 4ème) essayent de nous poser des questions simples. « J’ai bien aimé le collège car les gens sont très agréables, surtout les filles, car ils aiment parler avec nous et j’aime aussi les cours là-bas car on a bien rigolé » (Oussama) « J’ai aimé leur manière de travailler en cours et je les remercie de nous avoir accueillis » (Saïef) « Le collège de Cambridge a beaucoup de moyens, il travaille sur l’image et les médias » (Sabrina). Après le déjeuner, nous assistons à un cours d’anglais. La fin d’après-midi et la soirée se déroulent à l’Alliance Française où Francine nous présente un documentaire de 26 minutes réalisé par la télévision française. Puis pour notre dernière soirée à Cambridge, elle nous invite à dîner au restaurant d’à côté, le « CB2 ». « Francine est une dame merveilleuse, gentille et généreuse. Elle nous a accordé son temps libre, nous a invité au resto » (Sabrina) « Francine est une femme très sympathique, elle nous a fait découvrir cette ville merveilleuse » (Mohamed A) « Je ne l’oublierai pas » (Oumou)

Jeudi 2 novembre : nous consacrons notre dernière matinée à Cambridge à visiter le marché et à faire du shopping pour trouver un souvenir et dépenser quelques livres. Ultime tour en centre ville avant de pique-niquer dans ce grand parc central. Nous retrouvons Francine au collège de Parkside pour nos good bye. Nous remercions le collège pour son accueil formidable et nous prenons le train pour Londres. « Je suis très content de connaître Cambridge qui est une ville très belle avec un beau paysage » (Saïef) « J’ai aimé le petit séjour à Cambridge… j’aimerai bien y retourner un jour là-bas » (Anna-Fatou) « Je ne me souviens pas de quelque chose qui m’a déplu… j’aimerai fortement revenir » (Maroua) « J’ai voulu rester encore à Cambridge et dans le collège » (Badie) « je n’oublierai jamais Cambridge » (Batama) Départ de Cambridge à 16h45, arrivée à Londres King’s Cross à 17h30 pour une soirée pizza et loups-garous.

Vendredi 3 novembre : la journée est consacrée à la visite de Londres et de ses monuments. D’abord à Westminster, centre politique, royal et religieux de l’Angleterre avec le 10 Downing Street, Buckingham Palace et l’abbaye de Wesminster. Nous pique-niquons à Saint James’s Park, admirons la relève de la garde de Horse Guards, le Parlement et Big Ben. L’après-midi, nous allons à la Tate Modern, ancienne centrale électrique de la rive sud transformée en musée d’art moderne. Nous profitons des immenses toboggans installés provisoirement et faisons un tour dans les collections permanentes. Nous admirons Tower Bridge depuis les rives de la Tamise. Le soir, nous répertorions toutes les différences entre la France et l’Angleterre relevées au cours de la semaine. « Big Ben est très joli, son parlement et sa cathédrale ont un style gothique flamboyant, c’est un style que j’adore, je trouve ça très good » (Sabrina) « J’ai beaucoup aimé le voyage, j’espère que l’on reviendra un jour ou l’autre. Londres va beaucoup me manquer » (Batama) « Journée épuisante mais inoubliable » (Saïef) « J’ai vu les plus grands monuments de Londres (Big Ben, le musée V&A,…) la ville est plus belle que Paris, je trouve le métro plus propre et plus beau, j’ai bien aimé les bus rouges, les voitures anglaises, les immeubles londoniens » (Sofian)

Samedi 4 novembre : pour le dernier jour, certains souhaitent visiter le British Museum pour y voir les départements égyptien et grec, pendant que les autres font du shopping. Tout le monde se retrouve à Camden Market, un marché surprenant. « Aujourd’hui, on a visité le British Museum, j’ai appris beaucoup de choses (comment on momifie les morts, on a vu la pierre de Rosette). Nous sommes aussi partis à Camden, un quartier gothique où l’on trouve plein de choses marrantes » (Oumou) « Aujourd’hui on est partis dans le quartier de Camden, je n’ai pas beaucoup aimé car je n’aime pas les gens qui s’habillent du style gothique » (Maroua) « On a fait du shopping le matin c’était bien mais pas assez de temps pour regarder tous les magasins » (Sabrina) Il nous faut bientôt récupérer nos bagages et rejoindre la gare de Waterloo pour le retour… « Je suis très content d’être venu à Londres et à Cambridge, j’espère que je vais revenir en Angleterre » (Badie) « J’ai beaucoup aimé ce pays, ça change vraiment de la France » (Maroua) « Pour moi, ça a été un voyage fantastique, je ne l’oublierai jamais, j’aurai voulu rester plus longtemps car c’est un pays immense » (Oumou) Départ de Waterloo Station à 17h09. Tout le monde est triste de rentrer… Nous arrivons à Paris Gare du Nord à 20h59. Fin de l’aventure !

Nos remerciements vont à :

Francine Rouanet-Démocrate, Alliance Française, Cambridge

Danielle Jaku-Greenfields, Cambridge

Jodh Dehsi, Parkside School, Cambridge

Mélina Faye, Eurostar, Paris

Cécile Salgé, C.A.F., Paris

Les éditions du Petit Futé